dimanche 23 décembre 2012

Try Again, Chapitre 1

Certes, en 2012, ce "parfum d'apocalypse imminente" pour reprendre les mots que j'avais employé en janvier m'ont plutôt bien inspirée. Mais je ne sais pas si j'ai vraiment envie de passer au stade de la publication. Qu'à cela ne tienne, ces textes ne vont pas tomber dans l'oubli, ils seront désormais en lecture libre !
D'une part, cela ressuscitera mon blog (j'ai déjà pas mal écrit, donc je m'y prend bien à l'avance cette fois !)
Et surtout, cela vous permettra de mieux connaître ma plume...
Voici donc une nouvelle catégorie qui voit le jour, et qui va vous permettre de lire tout les chapitres en une fois : "Try Again"
Bien entendu, le texte est sous copyright, quand à la photo, elle est personnelle également, merci de ne rien utiliser sans me demander... mais n'hésitez pas à partager le lien dans vos réseaux sociaux ;)

Je vous souhaite une bonne lecture :


Chapitre 1

Lundi 7 mars 2011 :
Liste des dernières choses à faire avant la fin du monde, prévue le 21 décembre 2012 :

- Réaliser des photos parfaites dans toutes les techniques, ou à défaut au moins essayer !
- Se promener dans la rue avec un bonnet de Noël au mois d’août et regarder la tronche des passants.
- Se faire masser au plus proche du 21, tant qu'à faire, autant être détendue lors du jugement dernier et bien manger aussi, parce que tant qu'à faire autant ne pas être affamée aussi.
- Sauter en parachute.
- Visiter une dernière fois Paris.
- Organiser une belle fête de famille.
- Aller à la plage et voir la mer...

Voilà les quelques souhaits que l'ont peut lister, comme ça, pour rire, juste au cas où ; lorsque les médias semblent s'accorder pour vous dire que la fin du monde est proche. Calendrier des civilisations mayas, prophéties de sorcières grecques ou romaines, chercheurs et voyants plus contemporains ; ils nous avaient tous prévenus, mais bien peu les ont cru.
Pourtant ce jour, ou plus exactement la veille de ce jour, je relis avec amusement cette liste. Avec une certaine amertume aussi, si j'avais su, j'y aurais prêté plus d'attention. J'ai toujours listé des tas de choses, toujours rangé ces papiers, ces petits carnets et autres cahiers dans un même tiroir, véritable matérialisation de mon cortex. Des trucs urgents, importants ou futiles. J'aimais réfléchir sur n'importe quel sujet. Ce que je ferais si j'étais riche, ce qu'il faudrait faire si je sombrais dans le chômage, ce que j'aurais préféré accomplir si j'avais été un homme... Cette manie m'est venue vers vingt ans. Lorsque j'ai commencé à travailler dans ce confortable hôtel *** dans lequel j'exerce toujours, enfin, j'exerçais toujours jusqu'à il y a quelques mois... J'ai pris l'habitude d'établir des listes pour ne rien oublier : la marchandise à préparer pour le buffet du petit-déjeuner, les tâches à accomplir pour nettoyer parfaitement une chambre, les informations à demander au client lors d'une réservation téléphonique... Finalement, j'ai continué pour tout et rien, et surtout n'importe quoi. J'écrivais sur le coup d'une émotion, d'une question. Je solutionnais, j'accomplissais, je me satisfaisais avec orgueil de chaque petit croix cochée. Avec la sensation de bien remplir ma vie, de détenir la clé de la réussite.
Comme tout cela semble inutile et vain aujourd'hui ! Malgré tout je ne peux m'en empêcher :
« Les photos parfaites, c'est fait : lors de la fête de famille au début de l'année, et lors des sorties à Paris et à la mer. Pour le reste... »
Je froisse le papier de rage car LA FIN DU MONDE C'EST DEMAIN !
La fin du monde, l'apocalypse... J'ai toujours prétendu que d'après les descriptions qu'on nous en a fait, c'était plus proche des tristement célèbres deux guerres mondiales du début du siècle dernier et que nous étions bel et bien là pour témoigner qu'on pouvait y survivre...
Personne ne s'est alarmé du tsunami en Asie en 2004, du tremblement de terre à Haïti en 2009 ou de l'éruption volcanique de l'Eyjafjöl en Islande en 2010... Quand j'y repense, c'était pourtant comme autant de signaux d'alarmes, mais c'est surtout la catastrophe au Japon de 2011 qui fut fatale à l'humanité. De toutes évidences, le grand nuage toxique, consécutif à l'explosion d'une centrale nucléaire à Fukushima a déréglé les saisons et perturbé l'environnement. On ne s'en est pas aperçu tout de suite, juste le temps d'oublier la menace, de se croire invulnérables face à la nature et de se dire que ce n'est pas encore cette fois qu'elle accomplira sa vengeance.

Et pourtant, cet hiver a été le plus froid jamais connu. Trois semaines de froid intense se sont succédé de fin janvier à la mi-février, sans que qui que ce soit ne s'en soucie. Pannes et manque de chauffage en tout genre avaient pourtant déjà décimé une partie de la population. Puis, les pluies diluviennes ont entraîné d'énormes inondations au printemps. Ces mauvaises conditions ont empêché une production normale des matières premières. Et comme cette pénurie ne se limite pas qu'à un pays mais touche bel et bien la planète entière, chacun doit apprendre à se rationner. En été, une nouvelle grande canicule qui persistera presque jusqu'à la fin du mois de septembre causera des ravages différents. À peine un mois de répit en octobre et dès novembre les premières neiges tombent déjà et c'est à nouveau une période de froid intense. Les maladies graves (la grippe A et aviaire à côté c'est de la rigolade ) en ont achevés d'autres et pour les survivants, se trame une sorte de guerre civile et de chaos où les plus démunis prennent par la force le peu qu'il reste aux moins démunis (pour la solidarité on repassera). Il ne reste donc plus grand monde et les derniers regrettent d'avoir tant pris à la légère les prédictions des différentes civilisations. La perte de l'humanité a été extrêmement rapide.

Ce soir du 20 décembre 2012, je n'ai donc aucune envie de réaliser mon dernier souhait et de m'offrir une dernière orgie. Et ça fait depuis la fin de l'été qu'on ne trouve plus de masseurs nulle part... Nous sommes les trois derniers survivants de la famille. Nous avons décidé de cesser l'activité hôtelière, ou plutôt, la société a décidé à notre place. Personne ne va prendre de vacances lorsque la principale préoccupation quand on se lève le matin est de survivre ! On passe nos journées sous la couette. En septembre, à cause de la pénurie de professeurs, des écoles parfois détruites ou tout au moins réquisitionnées pour abriter les survivants ; la décision a été prise qu'il n'y aura pas de rentrée des classes cette année. La fin d'année scolaire 2011-2012 ayant de toutes façons démontré les résultats les plus catastrophiques jamais vus depuis que l'école existe ! En toute honnêteté, nous avions pris la décision dès juillet de ne plus envoyer notre enfant à l'école : la saison hôtelière a été effectivement catastrophique, cela faisait plusieurs années que nous avions des difficultés à être payés en temps et en heure, mais en septembre 2012, la situation était telle qu'il fallait économiser là où on pouvait et y compris dans la scolarité de notre petite fille.

Ce dernier soir, elle est malade. Ce dernier soir, comme tout les soirs, on se relaie pour dormir de peur qu'elle n'oublie de respirer. Comme chaque nuit, on a peur de fermer les yeux et de ne pas rester vigilants. On a peur de garder les yeux ouverts et de voir la mort s'approcher de nous sous les traits d'une partie de la civilisation assoiffée de nos dernières maigres ressources. J'ai toujours pensé que si un jour il devait y avoir une apocalypse, je préférerais être parmi les premières à y succomber. Et c'est l'inverse qui se produit. Que ce passera-t-il ce soir là ? On nous avait prédit une date, on ne nous a jamais parlé d'une heure. Je rajoute encore une bûche de bois dans l'antre de la cheminée. J'écoute mon homme ronfler, ma fille gémir de douleur. Ça me fend le cœur. Évidement, plus question de consulter un médecin. Et les derniers médicaments n'ont pas suffit à la soigner. Elle est atteinte de ces maux incurables mais peut-être que demain, ce ne sera plus un problème pour elle. Je me suis toujours demandé en riant si on penserait à prévenir les gens trop crédules qui se sont enfermés dans un bunker que la fin du monde n'a pas eu lieu en fait... si j'avais su.

Les flammes m'hypnotisent, m'apaisent. 
J'aurais préféré être parmi les premières. J'aurais préféré ne pas vivre tout ça. Vais-je regretter ma vie ? Pas cette dernière année en tout cas. Et pour le reste ? Comme chacun il y a eu du bon, du mauvais. Née tout juste avant les années 80, encore dans la génération X comme on nous appelait, la « bof génération » la « génération Mitterrand ». Un grand frère, une sœur plus jeune. Quand on s'appelle Flora, la vie est un peu plus difficile que quand on s'appelle Céline ou Audrey. Qui s'appelle encore Flora en 1990 et plus encore en l'an 2000 ? Je me suis toujours sentie spéciale, différente, jusqu'à que je sache en faire un atout. Jusqu'à que je remarque que finalement ce prénom est en complète adéquation avec mon physique d'éternelle femme-enfant, d'adolescente trop invisible, de timide petite fille. Flora. On dirait presque un nom elfique. Qu'est-ce que j'en ai inventé des contes de fée pour ma petite princesse ! Ma petite Ondine... un parfait prénom pour une créature du Petit Peuple, un choix loin d'être innocent ! Je ne sais pas trop quelle valeur peut avoir ma vie à cet instant. En tout cas, tout est écrit, répertorié. J'ai toujours tenu mon journal intime depuis l'âge de mes seize ans. Je me suis dit que si j'avais une fille, elle aurait peut-être plaisir à lire l'adolescente que j'étais. Mais atteindra-t-elle cet âge ? Elle apprend tout juste à lire ! Parfois, je me disais que j'aurais dû réagir autrement, faire d'autres choix. Ça faisait encore l'objet d'autres listes. Je pensais réécrire ces morceaux de mon histoire, essayant de deviner ce qui aurait changé dans le cours de ma vie si j'avais agis différemment. C'était avant de connaître la peur, de voir mourir le père de mon mari, son frère et ma belle-sœur et pour finir, mon neveu Alban qui était le plus adorable des petits garçons que j'ai connu. C'était avant de souffrir autant, avant de constater que le plus terrifiant des cauchemars était toujours moins pire que ce que j'ai vécu ces deux derniers mois.

Sait-on jamais, c'est peut-être uniquement l'humanité qui est condamnée... je ne veux pas croire que la planète entière va s'éteindre comme ça, d'un coup. La nature a survécu, la nature s'en sort toujours d'une façon ou d'une autre. Les ressources de la planète sont infinies même si les scientifiques les plus alarmistes veulent nous faire croire le contraire : rien ne se perd, rien ne se créé tout se transforme. Alors peut-être que dans cette Terre toute neuve, on arrivera à recréer d'autres humains. Peut-être qu'ils apprendront à déchiffrer notre langue, peut-être que les réfugiés des bunkers sortiront de leur cachette et auront envie de lire ce que fut nos vies. Tout est là, dans ce meuble à tiroirs. Quand nous avons pris la décision de ne plus vivre que dans la pièce qui servait jadis de restaurant il a fallut réunir nos biens les plus précieux. Cette commode remplie de tout ces carnets en faisait évidement partie.
J'en suis là de mes réflexions. Tout est déjà écrit dans mon dernier carnet. Et maintenant je rumine ce que j'ai écrit, parce qu'il n'y a rien d'autre à faire. Autour de nous le silence, oserais-je dire un silence de mort ? Et si tout était déjà finit ? Et si nous étions parmi les tout derniers survivants ? Ou peut-être la date butoir de la fin du monde sera-t-elle un peu plus tardive que prévu ? J'écrirais tout ça demain... si il y a un demain. J'écrirais tout ça demain car maintenant je suis trop fatiguée. Je n'ai même plus la force de secouer mon homme comme je le fais habituellement pour qu'il nous veille à son tour. Mon corps est trop lourd, le sommeil me gagne et m'emporte.
Enregistrer un commentaire